Recherche
Taper vos mots clés
La Grande Cariçaie
Semis de bourdaine (Frangula alnus) © Christophe Le Nédic
Champignons
f | d | e
A la découverte des champignons
La réserve naturelle de la Grande Cariçaie comprend un ensemble exceptionnel de milieux variés et préservés où les champignons trouvent les habitats indispensables à leur développement. Quelques excursions mycologiques effectuées à partir de 1980 ont confirmé la richesse de ces milieux. Le cortège fongique de la cariçaie est plutôt discret : beaucoup de champignons sont de petite taille, certains ne dépassent guère quelques millimètres.

Pour mieux connaître cette biodiversité exceptionnelle, une équipe de spécialistes passionnés ont décidé d’inventorier de manière plus systématique la flore fongique de la Grande Cariçaie. Cet ambitieux programme s’est mis en place de la manière suivante :

JPG - 62.3 ko
Bolet rude (Leccinum scabrum)
Le Bolet rude est typique des peuplements de bouleaux dont il est un partenaire symbiotique. L’arbre et ce champignon vivent en symbiose en échangeant de précieux nutriments par l’intermédiaire des mycorhizes et des racines. Il n’y a que peu de champignons comestibles dans la Cariçaie typique. Les champignons recherchés notamment au printemps sont plutôt localisés sur les pentes plus sèches.

A partir de 1980 déjà, Jean-Marie Carrard, François Ayer et François Freléchoux avaient prospecté différents milieux allant de Cheyres à Cudrefin. D’autres mycologues, les Dr. Béatrice Senn-Irlet, Heinz Wolsche et Gérard Frossard, avaient aussi prospecté occasionnellement ces sites.

En 2007, François Ayer, collaborateur scientifique (mycologie) à l’Institut fédéral de recherches WSL avait pris l’initiative, une année avant sa retraite, de contacter le Groupe de gestion de la Grande Cariçaie (aujourd’hui le Bureau exécutif de l’Association de la Grande Cariçaie) afin de mieux intégrer les champignons aux inventaires réalisés.

Depuis juin 2008, l’étude porte sur les réserves naturelles comprises entre Cheyres (FR) et Cudrefin (VD).

Déroulement des prospections mycologiques

La fréquence des prospections mycologiques est fonction des conditions météorologiques ; elle peut atteindre un rythme hebdomadaire si les conditions sont favorables. Les récoltes sont localisées au moyen d’un GPS, l’habitat est décrit et les champignons sont photographiés dans leur habitat ou au moment de l’étude pour les petites espèces.

Une excursion sur le terrain dure une demi-journée. Elle est suivie par un travail de détermination qui peut durer deux à trois jours selon le matériel récolté. Chaque récolte fait l’objet de descriptions, de dessins, de microphotographies et de notes. Toutes les données recueillies sur les espèces étudiées sont consignées dans une base de données afin d’en assurer la conservation pour le futur.

Les champignons sont finalement séchés et conservés dans les herbiers personnels pour être déposés en temps voulu au Conservatoire du Jardin botanique de Genève (Dr. Philippe Clerc, conservateur).

La liste des macromycètes récoltés à la Grande Cariçaie est transmise périodiquement au Dr. Béatrice Senn-Irlet, responsable de la Cartographie nationale des champignons de Suisse avec toutes les informations sur la localisation, l’écologie et le statut « Liste rouge ». Ces données sont publiées en partie sur le site swissfungi.ch.

Résultats provisoires

De 2008 à 2011, 353 macromycètes ont été inventoriés dont certains très rares ou très spécifiques des milieux de la Grande Cariçaie.

- réserve de Cheyres : 241 espèces

- réserve des Grèves d’Ostende : 93 espèces

- réserve des Grèves de la Motte : 19 espèces

Articles de ce chapître

17 avril 2012
Agaricales
On reconnaît les Agaricales à ses représentants généralement munis d’un pied surmonté d’un chapeau au dessous duquel rayonnent de fines lamelles, Cet ordre important, bien connu du grand public, (...)
17 avril 2012
Aphyllophorales
Cet ordre apparaît très hétérogène car il réunit des espèces à morphologies divergentes. Les espèces à surface porées sont représentées au sein des Polypores au sens large, ils fructifient sur le bois. Beaucoup (...)
13 février 2014
Ascomycètes
De l’automne 2009 à la fin de la saison 2010, 42 macromycètes ont été inventoriés dont certains très rares ou méconnus. A cela, il faut ajouter 2 espèces provenant de la région de Cudrefin (Trouville). Depuis, (...)
17 février 2014
Basidiomycètes
Sommairement, la classe des Basidiomycètes est caractérisée par le développement des basidiospores ; celles-ci murissent à l’extérieur de la baside qui les a produites, au sommet de petits apicules appelés (...)
17 avril 2012
Boletales
Ce sont les bolets au sens large ; espèces charnues, caractérisées par leur surface hyméniale (partie située sous le chapeau) constituée de tubes serrés dont la partie à l’air libre forme un tapis de pores (...)
17 avril 2012
L’équipe des mycologues
Jusqu’en 2008, les inventaires mycologiques à la Grande Cariçaie étaient occasionnels. François Ayer a vite réalisé que la constitution d’un petit groupe multidisciplinaire constitué de mycologues (...)
17 avril 2012
Milieux investigués
La réserve naturelle de la Grande Cariçaie comprend un ensemble exceptionnel de milieux variés et préservés où les champignons trouvent les habitats indispensables à leur développement. Quelques excursions (...)
17 avril 2012
Russulales
Les Russulales sont essentiellement représentées par les Russules et Lactaires bien connus du grand public. Ces espèces ont la chair cassante ; les lactaires laissent généralement écouler un latex aqueux, blanc ou (...)
Swissfungi : atlas de répartition des champignons de Suisse
Grand cormoran (Phalacrocorax carbo)
© Deyrmon