Recherche
Taper vos mots clés
La Grande Cariçaie
Nid de grand cormoran (Phalacrocorax carbo) au Fanel © Christophe Le Nédic / Grande Cariçaie
Travaux d’entretien | Décapage des roselières
f | d | e
Décapage dans les roselières atterries
Avec le temps, les roselières aquatiques s’assèchent progressivement. La densité de roseaux diminue, les grandes laiches (surtout Carex elata ou Carex riparia) s’installent et tout un cortège d’espèces rares liées aux peuplements denses de roseaux disparaissent alors. Le fauchage se révélant inefficace pour lutter contre ce phénomène, le décapage permet de restaurer ces habitats précieux.

Testé pendant une dizaine d’années dans la région de Font (FR), le décapage a montré son efficacité pour la restauration d’habitats aquatiques. La méthode consiste à prélever les horizons superficiels du sol, sur 20-30 cm, afin d’éliminer l’essentiel de l’humus en place et de recréer un plan d’eau. Ce dernier va alors être colonisé par différentes espèces de plantes et d’animaux, certaines très rares dans notre pays, puis se retransformer en roselière en 20 à 30 ans.

Le travail de décapage est réalisé grâce à une pelle mécanique sur chenilles larges, munie d’un godet ajouré pour éliminer un maximum d’eau des matériaux excavés. Ces derniers sont transportés hors du marais avec des engins de transport spéciaux, comme par exemple la faucheuse Elbotel, à laquelle on a enlevé le peigne de fauche, la botteleuse, les passerelles latérales, et à laquelle a été ajouté une benne de 10 m3.

Les matériaux sont ensuite laissés en dépôt pendant quelques mois pour les laisser perdre encore de leur eau excédentaire. Riches en matière organique, ils s’avèrent utilisables comme apport organique sur un champ cultivé. Ils sont également utilisés pour l’élaboration d’un terreau naturel composé de résidus de décapage et de paille des marais.

Utilisé désormais comme méthode de routine, les opérations de décapage sont conduites chaque années dans diverses réserves de la Grande Cariçaie.

Godet spécial
Vue du godet ajouré conçu pour la creuse en milieu aquatique © Christophe Le Nédic / Grande Cariçaie
Chargement des matériaux
Les matériaux excavés sont transportés hors du marais grâce à des transporteurs spéciaux, ici la machine Elbotel transformée © Christophe Le Nédic / Grande Cariçaie
Dépôt temporaire
Les matériaux sont mis en dépôt pendant quelques semaines pour leur permettre de s’essuyer. Ils seront alors rechargés sur camion pour être évacués © Christophe Le Nédic / Grande Cariçaie
Plus d’info ?

Journal des Grèves

PDF - 1.6 Mo

JdG 70 | Revitalisation des roselières atterries par décapage

Rapport du SESA

PDF - 109.2 ko

Rapport du Service des Eaux, Sols et Assainissement (SESA) sur les conditions d’épendage des matériaux issus du décapage

Reportage TV

- TSR 4 octobre 2006

Communiqué de presse

- Communiqué du 2.10.06

Dans ce site internet

- Effets du décapage des roselières intérieures sur la végétation et les invertébrés

Panure à moustaches (Panurus biarmicus)
© Deyrmon